#HackGrandEst : équipes lauréates de 48H de fun et de challenge

09 Juin #HackGrandEst : équipes lauréates de 48H de fun et de challenge

On l’avait promis aux participants, partenaires, coachs, et à toutes les personnes qui nous ont soutenu : 48H de fun, de challenge, de beaux projets, de rencontres et de prix à la clé. Voilà ce que le Hackathon Grand Est, qui se déroulait en Gare SNCF de Metz du 3 au 5 juin, a donné :

Bulb Fiction

C’est “Bulb Fiction” qui a remporté dimanche soir le premier prix du Hackathon Grand Est. 2000€ ainsi qu’une journée de coaching par l’accélérateur de Microsoft et 12H de conseil Expertis CFE ont été remis à la belle équipe.
Bulb Fiction a souhaité allier en un seul projet l’innovation, l’écologie et l’humain au coeur de la ville. Ils ont créé un lampadaire permettant un éclairage économique et intelligent, récupérateur d’eau de pluie, arroseur automatique de plantes et chargeur de devices qui s’inscrit comme mobilier urbain. Ils ont également développé une application qui relie ce mobilier urbain aux citoyens et aux acteurs bio locaux. Cette équipe, constituée de Léo Casagrande, Victoria Di Carlo, Olivier Veinand, Florian Dub et Claude Di Cesare, a évolué tout le week-end dopée à la caféïne pour proposer dimanche soir aux jurys @BulbFiction_, un projet très abouti lié à l’apprentissage et à l’affirmation d’un statut de consomm’acteur green au sein d’une ville.

EnTRAIN

Avec leur application innovante “EnTRAIN”, l’équipe de Joanna Muz, Mohamed Mouras, Vincent Lamouroux, Nicolas Ambry, Jason Gombert et Mickael Bourgois, a remporté la deuxième place et un prix de 1000€. Cette application, dédiée à la SNCF, partenaire de la manifestation, a pour but de remettre la discussion sur les rails. L’objectif est simple, faciliter la communication entre voyageurs dans le train. L’équipe, très complète de développeurs, graphiste, marketeur et ingénieur, a donc évolué tout le week-end avec pour mot d’ordre : mettre en relation des gens aux intérêts communs et créer des interactions entre les passagers d’une rame. @APPenTrain est donc un créateur de lien social qui permettrait à la SNCF de personnaliser son offre de service et de pallier le fait qu’un Français sur deux se sent seul selon une étude d’OpinionWay.

Eco-Power

Le projet “Eco-Power”, porté par Cédric Grun, Kilian Fuchs et Vincent Simonin, se place troisième du Hackathon Grand Est. Arrivée sans idée de projet, l’équipe a planché 48H sur une application ludique et éducative pour les personnes désirant consommer moins d’électricité. C’est grâce aux compétences de l’équipe et au jeu de données inédit mis à disposition par ERDF que le projet “Eco-power” a été pitché dimanche soir.

Poum Pam Tadam

Avec son projet “Poum Pam Tadam”, Geoffrey Gouez a remporté le prix coup de coeur de la SNCF d’un montant de 1500€ ainsi qu’une place à TCRM Blida pour 3 mois dans l’espace accélération. L’objectif de cette application est de remonter rapidement les informations d’incidents à bord des TER directement à la SNCF, en seulement quelques clics !

Gaspy

“Gaspy”, le projet de Jonathan Ellero, Clément Millerand et Lmehdi Ouabi, est une application mobile permettant de traquer le gaspillage énergétique et de récompenser les citoyens pour leurs actions. C’est donc sur les thèmes de mobilité, énergie, big data et smartcity que cette équipe pleine de bonne humeur a travaillé tout le week-end.

HarLESSment

La plus jeune équipe du week-end, composée de jeunes talents curieux de 19 ans, a proposée dimanche soir “HarLESSment”. Après un brainstorming en équipe, Amandine Trautmann, Aurélien Gaube, Florian Hervieux et Bertrand Müller ont décidé d’utiliser les outils Sigfox et les API de SoLocal (Mappy) pour gérer le harcèlement dans l’espace urbain en trois temps. Avant : une sensibilisation pour l’éviter, de la prévention pour le gérer et un itinéraire qui répertorie des endroits de refuge en cas de danger. Pendant : alerter les autres utilisateurs pour qu’ils puissent intervenir grâce à la géolocalisation. Après : un chat et un espace de témoignage innovant qui cible l’endroit du délit pour permettre aux victimes de s’associer et aux villes d’agir de manière ciblée.

Smart House in a Smart City

Vient ensuite le projet “Smart House in a smart city”, développé par l’équipe d’Amina Gabdoullina, Sylvain Regnier, Lucas Repele et Hugo Ludmann. L’objectif de Smart House : rendre la domotique plus intelligente en la faisant dialoguer avec les smart cities et le Big Data. Pourquoi ? Pour optimiser la consommation d’énergie, faire économiser du temps à son utilisateur et le rapprocher de la domotique. Et parce que c’est un sujet dans l’air du temps, aussi !

Smart District

Bachir Arif et Anthony Lenoir ont développé ce week-end “Smart District”. Un quartier plus intelligent, tel est leur projet ayant pour objectif de simplifier et de valoriser les installations d’énergies renouvelables pour les particuliers.

Ma ville et moi

Karim Gaad, Thomas Laufen, David Giordano, Nicolas Pierson et Florian Mazzonetto, ont constitué une équipe courageuse et motivée de débutants en développement qui ont relevé le défi et ont présenté “Ma ville et moi” aux jurys. Le but du projet est de mettre à disposition des citoyens une plateforme où ils peuvent poster leurs idées / projets qu’ils aimeraient voir mis en place dans leur commune. La cause est noble : renouer le dialogue et améliorer la qualité de vie dans les communes.

#HackGrandEst

C’est en effet du 3 au 5 juin que tous ces projets innovants ont vu le jour, lors du premier Hackathon Grand Est, co-organisé par l’association Grand Est Numérique et l’Ecole des Mines Nancy. 9 équipes, soit 50 étudiants et salariés dans le domaine du digital, ont ainsi eu 48 heures (un marathon) pour inventer, développer et présenter des applications qui deviendront peut être de futures startups ou des bases d’inspiration pour de futures innovations.

De grandes entreprises, collectivités et institutions comme ENGIE, SNCF, ERDF, Véolia, Université de Lorraine, Metz Métropole, Grand Nancy, Mappy… ont ouvert leurs données spécialement pour ce Hackathon pour permettre aux développeurs, marketeurs, codeurs, communicants… de réaliser des solutions innovantes autour des smart cities (villes intelligentes). Un phénomène en plein essor dans le monde notamment avec la progression des objets connectés.

Implantés dans le salon d’honneur Charlemagne de la SNCF, les concurrents ont vécu 48 heures entre ordinateurs, lits de camp, restauration et de nombreux litres de café. Une expérience passionnante qui a empêché la fatigue de l’emporter sur la motivation. La nuit de samedi à dimanche notamment a été éprouvante et sans doute décisive pour certains.

Une dizaine de coachs issus du monde professionnel ont entourés les équipes qui ont présenté leurs projets dimanche soir devant un jury de spécialistes et se sont vu attribuer leurs prix, toujours dans la joie et la bonne humeur.

L’équipe de Grand Est Numérique tient une nouvelle fois à remercier les participants, les partenaires, la Région ACAL, ENGIE, Mines Nancy, Metz Métropole, Orange, SNCF, E-fluid, Waza Education, Marmelab, Sigfox, Sos Micro 57, Artem Entreprises, ILP Sadepar, SoLocal, Veolia, le Peel,… Les coachs, mentors, bénévoles, membres de l’association,… Sans qui tout cela n’aurait pu être possible. Merci à tous d’avoir contribué à la réussite de ce Hackathon Grand Est.

 

Crédits photo : Alain Gély.

Tags:
,